Méditations

Quelle différence entre prière et méditation?

“Dans la prière, on parle à Dieu ; dans la méditation, on ne s’adresse à personne, on est juste dans la présence. Mais la méditation peut aider à se préparer à la prière. ” (Christophe André)

En ce jour du 1er mai qui ne ressemble à aucun autre, méditons en cliquant sur l’image.

LA FIDÉLITÉ A DE PETITES CHOSES
Auteur : Mère Teresa

Rien ne peut nous rendre saints, excepté la présence de Dieu…

Et pour moi la présence de Dieu réside dans la fidélité à de petites choses.

Nous pouvons ne pas accomplir de grandes choses —

juste des petites, avec grand amour.

Les Sœurs font des petites choses:

aider les enfants, visiter les personnes solitaires, les malades, les indésirables.

Quand quelqu’un me dit que les Sœurs n’ont entrepris aucun grand travail,

qu’elles font tranquillement de petites choses,

je réponds que même si elles n’aidaient qu’une seule personne, cela suffirait.

Jésus serait mort pour une seule personne, pour un seul pécheur.

Source: Magnificat – septembre 1997

« Ce n’est pas d’en savoir beaucoup qui rassasie et satisfait l’âme, mais de sentir et de goûter les choses intérieurement » (Saint Ignace de Loyola)

“Tout ce qui n’est pas donné est perdu », (Père Ceyrac)

POUR OBTENIR LA GRACE DU SILENCE
Auteur : Michel Hubaut, franciscain

Seigneur, accorde-moi
non pas le silence qui me rend prisonnier de moi-même
mais celui qui me libère et m’ouvre des espaces nouveaux,

non pas le silence du corps épuisé par les paradis artificiels
mais celui de l’âme qui respire au seuil de ton Royaume,

non pas le silence de la peur des autres et du monde
mais celui qui me rend proche de tout homme et de la création,

non pas celui de l’égoïsme froid, indifférent et hautain
mais celui qui enracine, fortifie et purifie la tendresse du cœur,

non pas le silence de l’absence vide, du monologue solitaire
mais celui de la rencontre, de l’intimité en ta Présence,

non pas le silence de la lâcheté ou de la résignation
mais celui qui prépare au combat pour la vérité,

non pas le silence des exclus, des sans-voix
mais celui qui nourrit la force des peuples qui se lèvent,

non pas le silence de l’homme qui fuit
mais celui de l’homme qui Te cherche,

non pas le silence de l’homme qui rumine ses échecs
mais celui qui réfléchit pour en découvrir les causes,

non pas le silence de la nuit du désespoir
mais celui qui attend la lumière de l’aurore, de l’espérance,

non pas le silence de la rancune, de la haine, de la vengeance
mais celui de l’apaisement et du pardon,

non pas le silence du bavard, rempli de mots, de lui-même
mais celui du cœur qui écoute le murmure de ton Esprit,

non pas le silence envahi par trop de questions sans réponses
mais celui de l’émerveillement et de l’adoration

non pas le silence de l’oubli, du tombeau, de la mort
mais celui où la matière se charge des énergies du Ressuscité

dans l’attente d’une vie nouvelle dans ta Lumière.

(de Bruxelles, Belgique)

PETITES BÉATITUDES

Bienheureux ceux qui savent rire d’eux-mêmes :

ils n’ont pas fini de s’amuser.

Bienheureux ceux qui savent distinguer une montagne d’une taupinière :

il leur sera épargné bien des tracas.

Bienheureux ceux qui sont capables de se reposer

et de dormir sans chercher d’excuses : ils deviendront sages.

Bienheureux ceux qui savent se taire et écouter :

ils en apprendront des choses nouvelles.

Bienheureux ceux qui sont assez intelligents

pour ne pas se prendre au sérieux :

ils seront appréciés de leur entourage.

Heureux êtes-vous si vous savez regarder sérieusement les petites choses

et paisiblement les choses sérieuses :

vous irez loin dans la vie.

Heureux êtes-vous si vous savez admirer un sourire et oublier une grimace : votre route sera ensoleillée.

Heureux êtes-vous si vous êtes capables de toujours interpréter avec bienveillance les attitudes d’autrui,

même si les apparences sont contraires : vous passerez pour des naïfs, mais la charité est à ce prix.

Bienheureux ceux qui pensent avant d’agir et qui prient avant de penser :

ils éviteront bien des bêtises.

Heureux êtes-vous si vous savez vous taire et sourire

même lorsqu’on vous coupe la parole,

lorsqu’on vous contredit ou qu’on vous marche sur les pieds :

l’Évangile commence à pénétrer votre cœur.

Bienheureux surtout vous qui savez reconnaître le Seigneur

en tous ceux que vous rencontrez :

vous avez trouvé la vraie lumière,

vous avez trouvé la véritable sagesse.

Joseph FOLLIET

 

MÉDITATIONS 2019 DU PAPE FRANÇOIS

L’AVENTURE INTÉRIEURE

Dégage -toi dans la mesure même

où tu t’engages sans compter.

Prends de la distance dans la mesure même

où tu communies fraternellement à autrui.

Le cœur humain, même le plus généreux,

n’est pas inépuisable.

Dieu seul est illimité.

A exiger sans cesse le maximum de lui-même,

l’être profond se dissocie et se perd.

La parole alors devient vide et la prière inquiète.

Pour retrouver un regard libre sur les événements,

il faut fuir et se tenir, tranquille et rassemblé,

devant le Maître de tout.

Pars donc vers la source cachée de toute chose.

Quitte tout et tu trouveras tout.

Prends le temps de vivre amicalement avec toi-même.

Respire.

Reprends haleine.

Apprends dans le repos du corps et de l’esprit

la calme lenteur de toute germination.

Reçois la paix du Christ.

Ne te hâte pas afin de mieux courir

dans la voie des commandements,

le cœur au large.

Sœur Myriam, ancienne prieure des diaconesses (communauté monastique protestante)